Architecture, functions and symbolism in medieval castles : La Bresse savoyarde from middle XIIIth to early XVth - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Architecture, functions and symbolism in medieval castles : La Bresse savoyarde from middle XIIIth to early XVth

Architecture, fonctions et symbolique du château médiéval : La Bresse savoyarde du second XIIIe siècle au début du XVe

(1)
1

Abstract

Durind the XIIIth century, Savoy’s county a thriving principality. It’s territorial development culminate in 1274, when la Bresse de l’Ain & la Dombes are definitvely annexed, by the marriage of county’s heir, Amédée, with Bâgé’s seigneury’s heir, whose dowry included most of castles of Bresse. The late XIIIth century was also a period of administrative strengthening, which took the form of a close control of detailed and justified chatelaine accounts. These documents of exceptional richness keep memory of all the expenses and revenues of the châtellenie on each accounting year, thus making it possible to reconstitute, at least partially, the architecture, the articulation and the function of the buildings, over a long time from the end of the thirteenth century to the beginning of the fifteenth. The information recorded in these accounts indicates both the nature of the work, the materials, the names of the craftsmen involved and the sums. It is therefore possible to measure not only the importance of the sums committed to this or that project, but also to reconstruct the layout of the rooms, the evolution of the architectural elements and, ultimately, the life inside these strongholds. The corpus studied is practically known only by these châtellenie accounts, which are often the only textual source to write their history, often in the absence of precise archaeological data. Within these fortified elitist habitats, built and fundamentally designed for residence, a few buildings are the subject of specific works and political choices that effectively show an additional dimension to their primary function. The accounts thus lend themselves, in an unprecedented way, to a study of the granary in a castral environment as well as to a new chronological and functional reflection on moated sites. These essential buildings, often present since a long time in the studied sites, retain over time a considerable influence on the architectural programs put in place during later centuries. And thos choices had sometimes a cost of endangering the site : in Saint-Trivier-de-Courtes a mote is isolated from the fortification and preserved at the end of the fourteenth century, even though an army threatens the place and the accounts mention the risk incurred in not destroying it ; the grains of wheat collected in taxes by the lords are sometimes kept in wooden structures, near or even directly inside the residential spaces, while fires are frequent as in Treffort at the very beginning of the fourteenth century. All these mentions naturally reflect the functional importance of these buildings, but the mere practical reading is not enough to fully explain the choices made by the châtelains in Bresse : it is necessary to deepen the analysis with the contribution of léments of political and cultural reflection, to truly restore the entirety of its symbol to the medieval castle.
Durant le XIIIe siècle le comté de Savoie est une principauté en pleine expansion. Son développement territorial culmine en 1274, avec l’annexion définitive de la Bresse de l’Ain & de la Dombes, par le mariage du futur Amédée V avec l’héritière de la seigneurie de Bâgé, à la dot de laquelle sont attachés la quasi-totalité des châteaux de la plaine. La fin du XIIIe siècle est également une période de renforcement administratif, qui prend notamment la forme d’un contrôle étroit de comptabilités châtelaines détaillées et justifiées. Ces documents d’une richesse exceptionnelle gardent mémoire de toutes les dépenses et recettes de la châtellenie sur chaque exercice comptable, permettant ainsi de reconstituer, du moins partiellement, l’architecture, l’articulation et la fonction des bâtiments, sur un temps long de la fin du XIIIe siècle au début du XVe. Les mentions enregistrées dans ces comptes indiquent tout à la fois la nature des travaux, des matériaux, les noms des artisans impliqués ainsi que les sommes. Aussi peut-on mesurer non seulement l’importance des sommes engagées pour tel ou tel chantier, mais aussi reconstituer l’agencement des pièces, l’évolution des éléments architecturaux et, en définitive, la vie à l’intérieur de ces places-fortes. Le corpus étudié n’est pratiquement connu que par ces comptes de châtellenie, qui sont souvent la seule source textuelle permettant d’écrire leur histoire, en l’absence bien souvent de données archéologiques précises. Au sein de ces habitats élitaires fortifiés, construits et fondamentalement pensés pour la résidence, une poignée de bâtiments font l’objet de travaux spécifiques et de choix politiques qui montrent effectivement une dimension supplémentaire à leur fonction première. Les comptes se prêtent ainsi, de façon inédite, à une étude du grenier en milieu castral ainsi qu’à une nouvelle réflexion chronologique et fonctionnelle à propos des mottes castrales. Ces bâtiments essentiels, souvent présents de longue date dans les sites étudiés, à l’image des mottes, conservent dans le temps une influence considérable sur les programmes architecturaux mis en place au cours de siècles postérieurs. Et ce au prix parfois d’une mise en danger du site : à Saint-Trivier-de-Courtes une motte est isolée de la fortification et conservée à la fin du XIVe siècle, alors même qu’une armée menace la place et que les comptes mentionnent le risque encouru à ne pas la détruire ; les grains de blés perçus en redevance par les châtelains sont conservés parfois dans des structures de bois, à proximité voire directement à l’intérieur des espaces résidentiels, alors que les incendies sont fréquents comme à Treffort au tout début du XIVe siècle. Toutes ces mentions reflètent naturellement l’importance fonctionnelle de ces bâtiments, mais la seule lecture pratique ne suffit pas à expliquer totalement les choix opérés par les châtelains en Bresse : il faut approfondir l’analyse avec l’apport d’éléments de réflexion politiques et culturels, pour rendre véritablement l’entièreté de son symbole au château médiéval.
Fichier principal
Vignette du fichier
these_internet_adam_n.pdf (307.17 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03879520 , version 1 (30-11-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03879520 , version 1

Cite

Nicolas Adam. Architecture, fonctions et symbolique du château médiéval : La Bresse savoyarde du second XIIIe siècle au début du XVe. Histoire. Université de Lyon, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LYSE2106⟩. ⟨tel-03879520⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More